ifatrrrrrrrr mac

Macron au « Dîner » du CFCM : qui était la maîtresse de cérémonie ?

☆☆☆☆☆

Le président de la République, Emmanuel Macron, a répondu hier à l’invitation au « Dîner » — et non au « iftar » (!) — du CFCM que préside le franco-marocain Anouar Kbibech. Celui-ci est issu de la mouvance islamiste le MUR (Mouvement Unicité et Réforme) — la branche des Frères musulmans au Maroc — ainsi que de son bras politique le PJD (Parti Justice et Développement), à la tête du gouvernement marocain.

Était présent aussi, à la même table qu’ Emmanuel Macron, le frériste franco-turc Ahmet Ogras, très proche idéologiquement du parti islamiste turc l’AKP d’Erdogan. Ahmet Ogras — qui occupera dès le 1 juillet 2017 le poste de président du CFCM[1] succédant à Anouar Kbibech — est marié avec la cousine du président Erdogan[2] : une proximité idéologique, politique et aussi familiale qui devrait servir les intérêts de l’islamisme turc, en France, et de son sultan.

Dans les vidéos et photos qui circulent sur la toile, depuis hier soir, les principaux officiels des Frères musulmans de l’UOIF, comme Amar Lasfar par exemple, n’y apparaissent pas. Peut-être, on voulait éviter les polémiques. C’est raté ! Car une personne, en particulier, attire l’attention. Elle s’appelle Huê Trinh Nguyên. Elle est rédactrice en chef chez Saphir Media, propriétaire du site Saphirnews[3] et de la revue Salamnews[4], le principal vecteur médiatique du discours de la frérosphère francophone.

Sur Saphirnews, la journaliste militante Huê Trinh Nguyên — vice-présidente aussi du Centre social Rosa Parks, agréé par la CAF depuis 2015[5] — a signé pas moins de 235 articles et entretiens, faisant la promotion, comme dans ses tweets, de certains visages[6] connus de la mouvance islamiste : Soufiane Iquioussen, Mehdi Meklat, Anas Saghrouni, etc. Son engagement est totalement décomplexé et affiché. Elle promet des idées alimentant, en continu, un militantisme multi-facette et un combat en réseau d’influence hautement structuré et puissant (réseaux : LALLAB, UOIF, Coexister, …). Elle fournit de la matière «journalistique» aux militants de tous ces combats idéologiques que mènent les islamistes sur tous les terrains de la République.

C’est vrai que l’on ne peut reprocher à Emmanuel Macron le choix de Huê Trinh Nguyên comme « maîtresse de cérémonie ». C’est le CFCM — en maître des lieux et des horloges — qui a certainement opéré ce choix presque prémédité et, somme toute, hautement symbolique. Toutefois, un président de la République — laïque s’il vous plaît — devrait-il accepter l’invitation du CFCM (tout comme d’autres groupements confessionnels) ? Surtout que tout le monde sait, notamment les services de renseignement, que depuis que Nicolas Sarkozy a décidé, non sans volonté à plaire au Qatar, entre autres, d’y «intégrer les intégristes» (en particulier les Frères musulmans), cette structure ne représente en aucun cas les citoyens français de confession ou de sentiment religieux musulman. Le CFCM représente, depuis sa naissance au forceps, deux tendances de manipulation et d’instrumentalisation des citoyens français musulmans, à savoir : l’islam politique (Frères musulmans arabes et turcs) et l’islam consulaire (Maroc, Algérie, …).

Depuis bien avant l’élection d’Emmanuel Macron, je n’ai cessé — au risque d’être rangé dans la catégorie « facho » et « islamophobe », y compris par des soi-disant « amis » — de pointer des signes avant-coureurs quant au risque réel de la banalisation de l’islamisme, sous Macron, pour réguler et contrôler ledit «islam de France». Maintenant et depuis presque un mois de son investiture, les gestes et décisions de l’administration Macron s’accumulent : nomination d’Édouard Philippe comme premier ministre[7] ; nomination de Marlène Schiappa[8] comme secrétaire d’état ; investiture par LREM du frère musulman Yanis Khalifa (UOIF, EMF)[9], en Seine-et-Marne, comme suppléant de la désormais députée Syra Silla ; participation de Gérard Collomb à un autre «iftar» à Lyon, la semaine dernière, assis à la même table que le frère musulman Azzedine Gaci (UOIF)[10] ; position floue de la France quant à la crise du Golfe visant le Qatar[11] et ses liens avec le terrorisme islamiste et les Frères musulmans, et j’en passe et des meilleurs.

L’islam politique a certainement de beaux jours devant lui. Macron veut combattre le fanatisme mais tout en épargnant son vecteur directeur. Un peu comme celui qui voudrait tuer les moustiques mais surtout sans toucher aux gîtes larvaires et autres marécages. Mais de qui se moque-t-on ? Certainement pas des islamistes.

Mohamed Louizi

https://www.facebook.com/mohamed.louizi

.
.
.

Notes :
☆☆☆

[1] http://www.lemonde.fr/…/avec-ahmet-ogras-l-islam-turc-arriv…
[2] https://www.franceinter.fr/…/ahmet-ogras-une-presidence-tur…
[3] http://www.saphirnews.com/author/Hue-Trinh-Nguyen/
[4] http://www.salamnews.fr/A-propos_r9.html
[5] http://collectif-fcspa.blogspot.fr/p/presentation-du-projet…
[6] Promotion de Soufiane Iquioussen :http://www.saphirnews.com/Soufiane-Iquioussen-Entrepreneuri…
[7] https://www.facebook.com/mohamed.louizi/posts/10213224455470887
[8] https://www.facebook.com/mohamed.louizi/posts/10213288879161439
[9] https://www.facebook.com/mohamed.louizi/posts/10213506512482136
[10] https://www.facebook.com/photo.php?fbid=10213607285161390&set=a.1146334983496.113389.1381176366&type=3&theater
[11] https://www.facebook.com/mohamed.louizi/posts/10213481387054016




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *