Azerbaïdjan, la nouvelle destination touristique.

Islamnews s’est joint, du 24 au 28 juin 2016, aux 70 professionnels français du tourisme des Entreprises du voyages comme observateur de la nouvelle dynamique dans les relations entre le ministère du tourisme azerbaïdjanais et la France pour faire davantage connaître ce beau pays aux touristes français.

Il y a 5 heures de voyages depuis l’aéroport Charles de Gaulle (Paris) jusqu’à l’aéroport de Bakou. La compagnie aérienne Azerbaïdjan Airlines offre, disons-le, un service de qualité.

Emmenée par Elmar Mammadov, conseiller économique et de la coopération à l’ambassade d’Azerbaïdjan en France, une délégation des Entreprises du voyage rencontra le ministre du tourisme, Abdulfaz Garayev, pendant près de deux heures et demi. Le ministre et le vice président des Entreprises du voyages, Richard Soubielle, ont signé une convention officialisant un partenariat. Des mesures rapides ont été prises comme faciliter l’obtention du visa par voie électronique et la réduction de son tarif, passant de 35 euros à environ 20 euros pour les touristes français. A la fin du séjour, les membres des Entreprises du voyages reçurent la visite du conseiller à la coopération et à l’action culturelle de l’ambassade de France à Bakou, Johan Schitterer, qui réaffirma le total soutien de la diplomatie française dans le développement du tourisme français en Azerbaïdjan. En effet, on trouve, en nombre des touristes anglais, russes, allemands, arabes ou iraniens mais peu de Français pour l’instant. Et pourtant…

Quand on dit Azerbaïdjan, c’est d’abord à Marco Polo que l’on pense, lui qui emprunta la route de la Soie. On pense aussi à Alexandre Dumas (père) qui vanta les beautés de ce pays. Aujourd’hui, on pense Formule 1 et SOCAR, compagnie nationale du pétrole de l’Azerbaïdjan et sponsor officiel de l’EURO de football 2016 en France qui a beaucoup contribué à la modernisation du pays. En visitant Bakou, on est, en effet, d’emblée surpris par les infrastructures qui égalent celles des pays les plus développés.

Pour ce qui est de la sécurité, chose non négligeable, surtout par les temps qui courent, on peut se promener dans la ville seul ou en groupe, de jour comme de nuit, ce qui n’est pas toujours le cas à Paris. De plus, La ville est d’une propreté remarquable.

Bakou est belle, oui. Située au bord de la Caspienne, son climat est doux. Ses gens sont d’un visage agréable et vous étonnent par leur grande disponibilité à satisfaire le voyageur. C’est aussi un musée à ciel ouvert : on peut se trouver en quelques pas au cœur de la ville historique avec ses palais, bains, mosquées, caravansérails…. voir d’anciens bâtiments de l’ère soviétique puis se retrouver devant le gigantisme des Flames towers qui rappellent les grattes ciels les plus prestigieux du monde, montrant que l’Azerbaïdjan fait partie des pays qui sont réellement entrés dans le 21ème siècle (photo).

L’Azerbaïdjan, c’est aussi ses sites archéologiques comme celui de Gobustan, berceau de l’humanité, au sud de Bakou, où on est plongé dans ce que fut la vie des premiers hommes ; c’est le pays du caviar qui peut coûter jusqu’à 12000 euros le kilo, c’est des stations de ski, des bains thérapeutiques et des plages, des randonnées en terre sauvage et des visites de somptueux musées comme celui du Tapis à Bakou.

Nous n’oublierons pas la cerise sur le gâteau : on mange bien en Azerbaïdjan. La gastronomie azérie mérite tous les honneurs ; on se restaure dans les caravansérails du moyen âge qui, jadis, servaient comme hôtels aux commerçants qui faisaient de longs voyages avec leurs marchandises. Des mets délicieux, héritage d’une cuisine millénaire qui a trouvé ses influences dans la tradition culinaire turco-mongole, perse et russe. Elle se compose de mets succulents riches avec des viandes épicées ou farcies, des poissons de toutes sortes, des desserts exotiques et des boissons fruitées.

Aller en Azerbaïdjan c’est vouloir y retourner et, qui sait, vouloir y vivre : 5000 anglais s’y sont déjà installés. L’Azerbaïdjan c’est à coup sûr notre destination Coup de cœur.

AbdAllah Nader A.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *